Les habitants parlent, nous vous faisons part de leurs paroles…

Compte-rendu de la rencontre du 25 septembre 2013 avec les habitants interviewés.

Chers habitants, bonjour !

Nous vous avons convié, le 25 septembre 2013, à prendre connaissance des paroles collectées, lors de nos interviews. Pour rappel, ces interviews portaient sur les solidarités existantes sur le quartier et sur les problèmes que vous y rencontrez.

Vous fûtes 7 à venir, Bertrand,  Bernard, Clarisse, Françoise, David, Pierre-Alix et Saphia qui, hélas, ne put rester très longtemps. Vous avez contribué activement en apportant des précisions sur vos propos et en exprimant votre opinion sur les différents sujets abordés.

Pour cela, nous vous disons merci.

Quant à vous qui n’avez pas pu venir, nous espérons que vous prendrez part dès à présent à nos échanges. Nous comptons sur vous pour que ces interviews ne restent pas des paroles en l’air.

Alors, que s’est-il donc bien passé le 25 septembre 2013 ?

Les murs de la salle qui vous accueillait étaient tapissés de paroles d’habitants, dont les vôtres. Vous avez pu les lire, tout en buvant un verre de cidre ou de jus de pomme et en mangeant quelques tranches de jambon ou des gâteaux salés. De ces lectures, vous avez fait surgir trois sujets : la vie dans le 12ème (logement, relation entre les habitants), l’engagement et la solidarité … Vous trouviez, toutefois, l’ensemble des paroles très négatives voire clichés, mais vous avez tenu à positiver votre vision des choses.

Ce que vous avez dit sur le 12ème

Le 12ème se composent de quartiers distincts qui ont une identité propre. Le quartier d’Aligre est différent du quartier de Bercy.

Le logement reste, selon vous, un problème central. D’ailleurs, il participe au changement de population dans les quartiers. L’augmentation des prix de l’immobilier et des loyers font venir de nouveaux habitants : les fameux bobos. Mais, le 12ème n’est pas le dernier pour ce qui est de sa politique de logement social.

Le marché d’Aligre est pour vous un lieu fédérateur. Il y règne, comme le dit Clarisse, une cohabitation pacifique entre les différents groupes qui le fréquente. Malgré les différences, tout le monde y trouve sa place. Il y a encore, dans ce quartier, une énergie populaire assez forte.

Quant à Bercy, son espace urbain a beaucoup évolué, la composition de sa population reste identique. Ce que vous percevez comme un point positif. Cependant, vous trouvez qu’il y manque des commerces de proximité.

Ce que vous avez dit sur l’engagement

Bernard tu disais que les personnes ont plutôt tendance à vouloir consommer un événement plutôt que de participer à son élaboration. Pierre-Alix, tu nous as fait part de ce que tu entends de la bouche des jeunes que tu connais à savoir qu’ils veulent s’engager mais ne savent pas vers qui et quoi se tourner. Selon toi, ils ont besoin de concret et de s’investir sur du court terme.

A cela, Bertrand, tu ajoutais que derrière la notion de participation, il y avait une dépendance du politique et que les instances officielles (conseil de quartier par ex.) ont épuisé cette notion si bien que beaucoup de gens se sont lassés, n’ont pas envie de faire.

De cette discussion a émergé le sujet de la solidarité et des exemples d’engagement furent cités.

Ce qui fut dit sur la solidarité

David, tu nous as parlé d’actions citoyennes. Particulièrement des villes en transition. Alors, une ville en transition, pour faire simple, est une ville qui résiste à une crise qu’elle soit économique ou écologique, en développant avec ses citoyens des solutions au niveau local.

Donc, David, tu nous disais que ce mouvement se développait à Montreuil mais qu’il était déjà bien ancré dans le 18è et le 19è arrondissement. Toi-même, tu participes à des espaces de gratuité qui sont en fait une appropriation de l’espace public pour mettre en place des stands permettant de donner ou d’échanger des objets. On est ainsi dans une logique de partage et de recyclage qui permet à la fois de réduire les déchets mais également de réduire ses dépenses. De cet exemple, tu voulais nous montrer que les habitants agissaient par eux-mêmes sans l’accompagnement de quelconques structures institutionnelles, associatives ou autres.

Suite à ces échanges, nous vous avons présenté notre idée de montrer ces paroles à davantage d’habitants en montant une exposition artistique et interactive c’est-à-dire permettant aux visiteurs de participer. Nous avions imaginé que des artistes de théâtre, de danse, des peintres et des photographes interpréteraient les propos que nous avions collectés. Notre proposition ne vous a pas séduits.

Ce que vous avez dit quant à la proposition de réaliser une exposition des paroles d’habitants.

Nous proposions de monter cette exposition sous l’allée abritée de la Place Henri Frenay, le dimanche 27 octobre après-midi. Quelques-uns ont émis des doutes :

  • S’il pleut, personne ne viendra.
  • Les personnes vont-elles avoir envie de venir ? Comment communiquer sur l’événement ?
  • Pourquoi faire appel à des artistes professionnels ? Les artistes ne vont-ils pas être un filtre de la parole des habitants ?

A ces objections, vous avez fait des propositions, celles  :

  • de mener des actions “concrètes” au sein des quartiers afin de solliciter des échanges
  • de réaliser une exposition itinérante dans différents quartiers qui permettrait à la fois d’échanger sur les paroles collectées mais aussi sur les différentes formes de solidarités existantes.
  • de montrer ces paroles dans des lieux où il y a du monde, par exemple les marchés.
  • de travailler sur la manière d’inviter les habitants à cette exposition/rencontre. Utiliser les réseaux sociaux, les conseils de quartier, afficher des tracts insolites qui susciteraient la curiosité…
  • de faire appel à des habitants artistes amateurs. Les propos des habitants pourraient être slamés, par exemple
  • de donner un titre à l’exposition

Nouvelle proposition

Prenant en compte toutes ces propositions,  voici ce que nous en avons ressorti pour toucher et rallier davantage d’habitants à l’engagement autour d’un problème commun. (Nous rappelons que ces rencontres doivent permettre aux habitants de se rencontrer, de discuter pour ensuite pouvoir se mobiliser afin de trouver ensemble des solutions).

Exposition mobile

Nous sommes partis sur l’idée de Françoise qui était de proposer une exposition itinérante dans différents quartiers. Nous pensons à la cité Erard-Charenton, la cité Contenot, la cité Villot-Rapée et le quartier de Bercy.

Cette exposition doit donc être mobile. Facile à déplacer et à mettre en place. A ce stade nous avons quelques maigres idées. Par exemple, nous pourrions exposer quelques phrases et inviter les habitants à échanger autour d’une soupe chaude (nous avons la possibilité d’avoir un vélo bar à soupe). Nous pourrions également lors de cette expo mobile faire participer des slameurs, le garde champêtre d’Aligre…

Qu’en pensez-vous ? Comme vous le voyez, sur la forme, nous avons besoin de vos réactions et de vos propositions.

Quel titre ?

Nous devons aussi donner un titre à cette expo. Françoise proposait “Être citoyen actif”. Avez-vous d’autres idées ?

Quand ?

Nous avons également besoin de savoir, de novembre à début décembre, quels jours, en semaine ? le week-end ? les deux ? et quelle heure seraient le plus adaptés.

Comment participer ?

M. Chebani, Mme Hermans, M. Lize. Selon vous, est-il envisageable que nous organisions cet événement dans vos quartiers? Et seriez vous prêts à communiquer autour de l’événement ?

Christine, Héta, M. Keskas, Jean, Patrice, Saphia, Mme Ibrahima, accepteriez-vous d’informer le plus grand nombre d’habitants de votre quartier?

Pierre-Alix, pourrions-nous user de ton réseau pour toucher le plus de jeunes possible ?

Et vous tous, selon les jours et les horaires de l’événement, accepteriez-vous de nous aider à monter l’expo sur place et à solliciter les habitants ?

Nous répondre

Alors, vous pouvez nous répondre en demandant Christelle ou Nora au 01 43 43 20 82

ou bien nous répondre par mail à infos@csrelais59.org, en précisant dans l’objet du mail les initiales PICRI

ou en nous laissant un commentaire à la fin de l’article, sans oublier, bien sûr, de le signer de votre prénom.

Nous espérons que vous avez trouvé ce compte-rendu aussi enrichissant que le fut, pour nous, cette rencontre. Vous pouvez, bien entendu, faire part de vos remarques et/ou de vos corrections.

Nous attendons avec impatience vos réponses.

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *